L’équipage.

Prenez une grande quantité d’eau salée, un échantillon d’humanité non représentatif de l’espèce humaine, un récipient étanche ou du moins imperméable, les lois de l’aérodynamique, une bonne dose d’optimisme, un zeste d’inconscience et un peu de masochisme .

Agitez le tout, ce n’est pas un problème, cela se fera tout seul.

Et vous obtenez un équipage.

Tout d’abord le squippeur, ou skipper, dérivant du français équipage qui a été anglicisé dans des temps immémoriaux par les Zanglais et rapatrié par des " yakemanes " maniaques d’anglicismes étant donné que ce loisir futile est bien dans le tempérament britannique. Donc le skipper est un être propriétaire d‘un navire, vêtu de rouge, et en manque d’équipiers.

Ce personnage est généralement pourvu d’un organe de fort calibre, une grande gueule et le droit d’en abuser. Cet organe se transforme parfois en doux gazouillis quand il s’agit de décrire en termes dithyrambiques une croisière vers des îles lointaines situées à 10 milles environ du port de départ, la joie de se déplacer en utilisant uniquement la force du vent, les mouillages enchanteurs de la dite île lointaine. Les repas à bord et tutti quanti…. Surtout en présence de personnes qui risquent de se sentir attirées par la mer. Personnes qui, il faut l’avouer sont influencées par les articles écrits par des personnes qui n’ont jamais embarqué à bord d’un voilier.

Il faut dire qu’il manque cruellement de quelque chose d’essentiel : d’équipiers.

La danse de séduction opère et tel un gourou qui captive ses adeptes en promettant un Nirvana, le Squippeur entraîne dans une équipée sauvage de tendres et innocentes victimes.

En embarquant l’invité change immédiatement de statuts. Il devient équipier.

L’équipier est un être frustre dépourvu d’intelligence qui n’arrive pas à assimiler en 20 secondes ce que le skipper a péniblement mis 20 ans à acquérir.

Donc vous vous êtes laissé séduire par ce discours démagogique et fortement teinté d’irréalisme. Vous embarquez. J’oserai paraphraser Molière ; " qu’allez-vous faire dans cette galère ? "

Quand un débutant embarque le skipper, prudent, amène avec lui une connaissance pas forcément équipière, qui lui évitera d’avoir à trop s’occuper de son éléphant. Le titre affectueusement ironique, " éléphant ", est attribué à toute personne inexpérimentée. Quand vous embarquez pour la première fois vous comprenez vite pourquoi.

Vous embarquez :

Où me mets-je ? Mets toi là, ne bouge pas, c’est très bien, comme ça tu ne dérangeras pas. "

La courtoisie est de règle, l’amabilité est de mise, tout est pour le mieux…. Que dis-je là ?

Pendant un temps indéterminé, long en général, les deux compères, j’allais dire complices, préparent le bateau. Des propos techniques auxquels vous n’entendez goutte sont échangés :

Tien ? tu as des drisses en Kevlar ? Où dois je placer les Barbers haulers ? Passe-moi les ferlettes je vais rabanter… et tutti quanti. N’intervenez pas, ne posez pas de questions, c’est inutile, déplacé oserai je vous dire : "oseriez vous interrompre un office religieux ? vous ? Novice ? NON ! "

On appareille et là !

….La personne courtoise se mue en un monstre qui, cramponné à son bout de bois (barre) hurle des ordres incompréhensibles à l’équipier qui les exécute promptement sans sourciller. Son langage se transforme et avec l’équipier il use de termes sibyllins tels que bouttes, drisses, écoutes, hisse, phoque, grand voile, mousqueton, frappe, etc. cela ne gêne en rien l’équipier qui répond dans les mêmes termes et semble y prendre plaisir.

Quand vous serez en route l’équipier vous dira, sur le ton de la confidence, que le skipper a l’air de gueuler comme cela mais c’est la crème des hommes… à terre.

Vous aurez le droit à un échange assez vif entre le seul maître à bord (je suis athée) et l’équipier. Le dit équipier ne s’en offusque pas plus outre car il vous l’avouera lui même, quand c’est son tour de devenir skipper, il a la pédagogie légèrement tonitruante. Et toute engueulade est forcément formatrice et pleine d’enseignements utiles pour l’avenir.

Devenez un équipier modèle, soyez humble et soumis et respectez votre skipper. Ainsi vous atteindrez les joies suprêmes de la navigation à voile.

Michel ex skipper de Blei Ru, à la recherche d’un voilier pour solitaire